2017-2018 : nouvelle année, nouveaux projets!

L’année 2018 s’annonce riche en projets passifs ! Pour bien la commencer, nous vous proposons un petit bilan des avancées de l’année qui vient de se terminer, avant de voir ensemble les projets qui débutent pour la nouvelle année.

Meilleurs vœux à tous !

2017, une année stratégique pour déployer le passif

Dans la lignée de la RT 2012, la lutte contre le changement climatique s’est poursuivie avec l’apparition de la réglementation pour 2020, renommée à cet effet la RT2020. Dans cette optique, est apparu le label E+ C– qui ouvre la voie des expérimentations de bâtiments dits à énergie positive et bas carbone. L’évolution permise par ce label mettra en avant une évaluation énergétique plus approfondie des bâtiments qui passera sur 2 plans stratégiques :

  • bilan énergétique sur l’ensemble des usages (appelé bilan BEPOS)
  • le niveau des émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble de son cycle de vie (Eges) ainsi que sur les produits de construction et des équipements utilisés (Eges PCE)

Avec des bâtiments comme celui de la résidence passive Alizari, le passif concrétise la solution constructive de demain pour répondre aux objectifs fixés par la réglementation de 2020.

Le passif plébiscité dans le tertiaire

Avec des constructions comme le bâtiment de la Filature (Matmut & BNP Paribas) et le siège de la métropole de Rouen, le Hangar 108, en 2017 le tertiaire a jeté son dévolu sur le passif. Comme l’explique le pionnier Alexandre Pécourt, du bureau d’études Energeio, dans son témoignage pour les 10 ans de La Maison Passive, le passif a dépassé le stade de l’expérimentation et mérite son déploiement à plus grande échelle. Simple, facile et efficace, il optimise toutes les solutions pour réconcilier les entreprises avec un avenir plus tourné vers une construction respectueuse de l’environnement et une consommation énergétique plus réduite. Certaine ville comme celle de Rennes, l’ont d’ailleurs bien compris en intégrant directement le passif dans leur Plan Local de l’Habitat (PLH).

En 2017, La Maison Passive a également collaboré avec les éditions du Moniteur pour vous dévoiler un ouvrage répertoriant les réalisations passives tertiaires. S’appuyant sur l’analyse d’une trentaine d’études de cas, les auteurs, Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin, s’attachent à fournir les connaissances et les principes qu’il est nécessaire de maîtriser pour aboutir à une conception ou à une réalisation de bâtiment passif tertiaires.

Le passif gagne en reconnaissance

Une enquête auprès des habitants


Pour approfondir la teneur du confort et de l’efficacité du passif, nous avons décidé de mener une enquête de satisfaction auprès de 50 résidents de maisons individuelles labellisées passives. Et le premier résultat de cette enquête fut sans appel avec 96 % des sondés satisfaits de vivre en maison passive. Et ceci pour une bonne raison, côté économies, si construire passif nécessite encore un surinvestissement, 86 % des sondés ont trouvé leur maison « beaucoup plus économe » comparée à leur résidence précédente.

Succès du Mooc dédié au passif

Pour se rendre toujours plus accessible, le passif se devait de posséder un outil de démocratisation accessible via une formation gratuite appelée un Mooc (massive open online course, en anglais). Ce Mooc a été élaboré pour permettre à tout un chacun, professionnel comme particulier, de se lancer dans un projet de construction passif. Entièrement conçu par La Maison Passive, les cours suivent un plan strict pour vous donner les clés de ce concept de construction.

  • Comprendre la construction passive
  • Réduire les déperditions (transmission)
  • Réduire les déperditions (ponts thermiques)
  • Réduire les déperditions (étanchéité à l’air)
  • Augmenter les gains énergétiques
  • Bilan déperditions/gains : le chauffage
  • Finaliser son projet

Avec plus de 2 500 inscrits, la première session ouverte en novembre 2017 a reçu un accueil des plus prometteurs pour la prochaine session en mai 2018.

Nos 10 ans à vos côtés

Un anniversaire dans une salle classée

Toute cette année 2017, La Maison Passive vous a proposé des rendez-vous pour célébrer cette première décade. Le 2 juin 2017, l’association a célébré ses 10 ans au sein de la mairie du 2e arrondissement de la ville de Paris. Les membres ont pu assister à une rétrospective qui a notamment traité de la visibilité grandissante de la construction passive grâce au salon Passi’Bat et aux Journées Portes Ouvertes auprès des professionnels et du grand public. La formation a elle aussi été mise à l’honneur, avec des sessions annuelles multipliées par 4 depuis la première édition, en 2010. Les artisans et les décideurs en plus des concepteurs sont experts et reconnus comme tels.

Le feuilleton de la construction passive

Pour clôturer cette année anniversaire en beauté, nous vous avons proposer un feuilleton exceptionnel avec 4 pionniers du passif français.  Richard Lefebvre, Philippe Axmann, Vincent Coliatti et Alexandre Pécourt nous ont livré leur témoignage et leur vision du passif en France.

Construisons ensemble 2018 !

Toute l’équipe de La Maison Passive vous souhaite une très bonne année 2018. Elle débutera avec l’ouverture de la billetterie pour Passi’bat. Comme chaque année, c’est le rendez-vous incontournable de la construction passive, positive et durable. Pour cette 11ème édition, plus de 3 000 visiteurs sont attendus les 20 et 21 mars 2018 pour le Congrès et Salon et le 22 mars pour le circuit de visites. Reflet de cette montée en puissance, Passi’bat investira en 2018, pour la première fois, le Parc des expositions de la Porte de Versailles.

Vos outils essentiels pour 2018

1) La Brochure Verte
La nouvelle édition 2018 de la Brochure Verte sera distribuée massivement sur le Salon Passi’bat. Cette brochure est notre documentation phare sur la construction passive en France. En plus de projets représentatifs du secteur, elle présentera 4 nouvelles études de cas, un panorama des nouvelles labellisations (années 2016 et 2017) et un focus sur les 3 catégories du label Bâtiment Passif (PlusPremium et BaSE). L’édition 2017 est toujours consultable en ligne. 

2) Le Rapport Annuel de La Maison Passive
Après son rapport d’activité regroupant un bilan des 10 dernières années sur le passif en France, La Maison Passive publiera son premier rapport annuel en 2018!

3) Les Cahiers Techniques
Pour les plus aguerris d’entre vous, vous pourrez compter sur la publication des Cahiers Techniques. Vous pouvez toujours commander vos cahiers sur la boutique en ligne, le dernier en date, le n°44 intitulé “La ventilation en Bâtiment Passif non résidentiel”, est accessible en cliquant ici. La traduction du n°42 concernant “L’évaluation économique des mesures d’efficacité énergétique” devrait débuter dans l’année pour voir le jour d’ici à 2019.

Vos prochains rendez-vous pour 2018

En plus des Journées de la construction passive, positive et durable à Passi’bat en mars, La Maison Passive vous donne de prochains rendez-vous pour :

La Maison Passive vous remercie pour votre soutien et votre enthousiasme tout au long de cette année. En 2017, nous avons célébré nos 10 ans à vos côtés ! Construisons ensemble 2018 !

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.