Le financement

Financer sa formation

Des solutions de financement de nos formations existent. Elles varient néanmoins selon les situations de chacun.  Tour d’horizon des possibilités qui s’offrent à vous.

Profession libérale

Vous pouvez sous conditions, bénéficiez du financement total ou partiel. Cette aide est gérée par un fonds d’assurance formation (FAF) en fonction de son : code NAF (ou code APE)

Les FAF existantes :
  • FIF-PL : formation finançable tous les 3 ans à hauteur de 2500 € max par formation de plus de 100 h, plafonnée à 70 % du tarif
  • AGEFICE : commerçant et dirigeant non salarié du commerce, de l’industrie et des services
  • FAFCEA : Artisan, chef d’entreprise inscrit au répertoire des métiers (RM) et auto-entrepreneurs artisan non inscrit au RM. Pour bénéficier du crédit d’impôts, cliquez ici.

Salariés

Vous pouvez faire financer la formation par votre OPCO. Les opérateurs de compétences ont pour mission de financer l’apprentissage. La prise en charge OPCO peut être complété par votre employeur.

  • Entreprise adhérente à un OPCO : site  cfadock avec le n° de Siret
  • Entreprise non adhérente à un OPCO : cette table de correspondance  avec l’identifiant de Convention collective (IDCC)

Demandeurs d’emploi

Il est nécessaire de nous fournir impérativement votre n° d’identifiant et le code région associé pour y déposer le devis Kairos à valider dans votre espace personnel.
Prenez contact avec votre conseiller : www.pole-emploi.fr

Aides des conseils régionaux : les aides et leurs conditions d’obtention sont variables d’une région à une autre. Les contacter directement sur l’espace financement de formation de votre région :

  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne-Franche
  • Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand-Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Normandie
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d’azur

 

Cette liste de financement n’est pas exhaustive.

Intérimaires

Rapprochez-vous de www.fastt.org

En situation de handicap

Rapprochez-vous de www.agefiph.fr

Si aucun des moyens de financement n’est possible, La maison du passif vous offre la possibilité de financer la formation en 3 fois sans frais.

Référencement de nos formations :

Logo_datadock
qualiopi

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.