Labellisation

La promesse du passif est particulièrement forte : 90 % d’économies de chauffage par rapport à un bâtiment existant non isolé. Les labels internationaux Bâtiment Passif pour le neuf et EnerPHit pour la rénovation en sont les garants.

Qu'est-ce que le label Bâtiment Passif ?

La labellisation est une vérification qui garantit le respect des critères du standard visé. Elle s’intéresse à la conception et à l’exécution des éléments sensibles du bâtiment : isolation, fenêtres, ventilation, ponts thermique et étanchéité à l’air.

La labellisation vérifie le respect de 4 critères principaux :

La Maison du Passif coordonne un cercle de plusieurs labellisateurs accrédités par le Passive House Institute pour délivrer la labellisation Bâtiment Passif et EnerPHit.

Il existe à ce jour dans le monde plus de 5000 bâtiments labellisés répartis sur tous les continents :

plaques

4 niveaux de performance

Cette labellisation, qui a plus de 30 ans, intègre les rénovations ainsi que la production d’énergie renouvelable sur site.

Le label se décline en 4 niveaux de performance :

Bâtiment Passif / EnerPHit Classique

dont les 4 critères sont décrits ci-dessus. Elle concentre la grande majorité des opérations labellisées à ce jour.

Bâtiment Passif / EnerPHit Plus

le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie.

Bâtiment Passif / EnerPHit Premium

le bâtiment devra générer au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie renouvelable.

« BaSE » (Bâtiment Sobre en Energie)

pour les bâtiments qui n’atteignent pas le standard Classique pour différentes raisons.

Pourquoi labelliser ?

La labellisation est une assurance que le bâtiment est conforme aux critères du label international commandé par le maître d’ouvrage.

Elle présente également d’autres avantages car elle :

Donne une garantie de la qualité énergétique de la construction et du confort intérieur

Fait gagner de la valeur au bien, qui pourra attester de sa performance énergétique lors de la revente ;

Contribue à convaincre les banques et les assurances ;

Permet aux équipes de maîtrise d’œuvre de prendre de l’avance sur les prochains palier de la RE2020. La participation à la conception d’un projet passif labellisé permet de prétendre à la certification CEPH.

Comment se déroule une labellisation ?

Étape 1

La première étape permet d’évaluer la conception du bâtiment par rapport aux critères du label choisi. Cette étape représente un filet de sécurité pour l’obtention du label elle permet d’apporter des corrections au bâtiment si nécessaire.

Étape 2

La seconde intervient une fois le bâtiment achevé et permet de vérifier que le bâtiment a bien été réalisé selon le dossier de conception. Une visite sur site n’est pas systématique.

Il est également possible de labelliser en une seule fois des bâtiments déjà finalisés.
LA-MAISON-DU-PASSIF_deroulement-labellisation-min

Combien coûte une labellisation ?

Le montant de la prestation dépend de la complexité du bâtiment et des compétences de l’équipe de maîtrise d’œuvre.

Demander un devis

Il y a une personne certifiée CEPH dans l’équipe de maîtrise d’œuvre ?
L’équipe de maîtrise d’œuvre a déjà participé à un projet labellisé  ?
Trouver le code sur la base de données des bâtiments labellisés
Tableau des surfaces du projet
Plans ou esquisses*
Planning prévisionnel 
PHPP du projet
Je souhaite recevoir un devis en :*
Le projet contient des usages énergétiques spécifiques (cuisines scolaires et industrielles / serveurs informatiques etc.) qui pourraient engendrer un dépassement du maximum de consommation d’énergie primaire totale EP et/ou Ep-R :*

Questions fréquentes

Pour que le bâtiment soit réellement passif, nous vous recommandons de vous entourer d’un bureau d’études thermiques ou d’un architecte ayant déjà pratiqué le bâtiment passif. Celui-ci sera en mesure de réaliser la saisie PHPP du bâtiment, c’est-à-dire la simulation thermique qui permet de déterminer l’orientation du bâtiment et les caractéristiques de l’ensemble des matériaux impliqués .

Dans la mesure du possible, nous conseillons de faire appel :

  • A un concepteur certifié CEPH (lien : lamaisonpassive.fr/formations/examen CEPH) car cela atteste à minima de compétences théoriques en bâtiment passif. Pour vérifier qu’une personne est certifiée CEPH c’est par ici. Mais ce n’est pas suffisant : l’expérience compte aussi !

  • Il existe également des artisans certifiées bâtiment passif, même s’ils sont encore peu nombreux en France. Pour vérifier qu’un artisan est certifié CEPH c’est par ici

  • A un bureau d’études et/ou un architecte qui a déjà été impliqué sur un ou plusieurs projets labellisés. Pour vérifier les bâtiments sur lesquels ont pu être impliqué un architecte ou un bureau d’études thermiques, il suffit d’effectuer une recherche avec le nom de l’entreprise dans la barre de recherche de la base de données des bâtiments labellisés par le Passive House Institute. Nous vous recommandons également de rechercher une adéquation entre les types de bâtiments sur lequel le professionnel a une expérience et votre projet : maison, rénovation, bâtiment collectif, tertiaire…

La réponse est non ! Pour les VMC double-flux et les systèmes compacts en particulier, nous recommandons fortement de choisir un produit certifié PHI, afin de faciliter la saisie PHPP de leur rendement. Pour les autres composants nous n’avons pas de recommandation particulière, si ce n’est de choisir des produits dont les fabricants ou revendeurs pourront vous fournir les données à saisir dans le PHPP (exemple : valeurs Uf pour les châssis).

La certification CEPH (Concepteur / Conseiller Européen Passive House) atteste de compétences à minima théoriques concernant la conception de bâtiments passifs neufs ou rénovés. C’est donc un gros plus pour concevoir un bâtiment qui aspire à l’obtention du label, cependant ce n’est pas obligatoire.

Par sécurité, la labellisation est en règle générale proposée en deux étapes (lien : lamaisonpassive.fr/labellisation). La première consiste en la validation de la phase PRO, en amont de la commande des matériaux et du lancement des travaux. Si le bâtiment est déjà construit, on ne peut alors avoir ce garde-fou. Cependant, si le bâtiment est conforme aux critères du label il peut tout à fait être labellisé.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Suivez notre actualité !

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.