La Maison du Passif

La Maison du Passif est une association loi 1901 qui a vu le jour en 2007. Écologiste et proactive, elle est pionnière dans le domaine de la sobriété énergétique du bâtiment par l’intermédiaire d’une méthode de conception – construction/rénovation de Bâtiments Passifs. Son objectif principal est de diffuser l’information ainsi que fédérer et coordonner les acteurs professionnels qui souhaitent s’engager dans cette démarche afin de rendre les bâtiments passifs incontournables et permettre une sobriété énergétique.

Elle compte actuellement 1700 membres, dont environ 250 membres professionnels répertoriés dans notre annuaire.

Tout a commencé par un groupe de visionnaires convaincus par la méthode de conception passive, basée sur la physique du bâtiment et des technologies simples et éprouvées. Celle-ci est restée fidèle à elle-même : elle a nécessité peu d’ajustements en 30 ans d’existence. Le concept reste révolutionnaire aujourd’hui et représente la référence de la performance énergétique au niveau international. Inspirés par le standard émanant du Passive House Institute (Allemagne) qui a posé les bases du Bâtiment Passif en 1991, ils créent l’association La Maison du Passif en 2007. La traduction des connaissances théoriques et pratiques venant du Passive House Institute représente le premier chantier visant à les rendre accessibles au marché français. La promotion de la conception passive peut enfin aboutir en France avec la construction du premier Bâtiment Passif en 2009. 

Depuis, l’association continue d’élargir sa zone d’influence auprès des décideurs, artisans, architectes, ingénieurs…

Que fait La Maison du Passif ?

Pour atteindre son objectif, La Maison du Passif organise son action en 4 missions :

Fédérer la communauté passive

La Maison du Passif met en réseau les professionnels pour échanger autour des meilleures pratiques et des retours d’expérience. Sans aucun parti pris commercial, l’association fait également le lien entre les acteurs de la construction (offre) et les clients finaux, qu’ils soient particuliers ou professionnels, publics ou privés (demande).

Former des professionnels

L’association propose aux professionnels de se former aux particularités de la conception passive et aux enjeux liés. La Maison du Passif est enregistrée en tant qu’organisme de formation et délivre une quinzaine de sessions de formation chaque année : CEPH (Concepteur Européen PassivHaus), PHPP Expert +, formations intra-entreprise sur mesure.

Garantir la rigueur et l’efficacité passive

La promesse de la méthode de conception passive est particulièrement forte, mais ne peut être remplie que si les principes de conception des bâtiments passifs sont appliqués dans les règles de l’art. Par l’attribution des différents labels propres aux bâtiments passifs, La Maison du Passif est garante du bon développement du passif en France, un gage de rigueur et de qualité.

Diffuser de l’information

La Maison du Passif sensibilise et met à disposition l’information sur les méthodes de conception passives : publication de documentation technique et de vulgarisation, relations presse, présence web, relation avec les institutions… Elle organise chaque année un évènement majeur : Passibat’ , événement 100 % dédié à la sobriété énergétique, il réunit un congrès (30 conférences) et un salon (70exposants).

Notre équipe

Le conseil d'administration

Ivan Baudouin

Président de l’association

president@lamaisonpassive.fr

Ingénieur du bâtiment de formation, c’est lors d’un voyage au long cours, en Amérique latine, que je prends conscience d’une nécessité profonde de mettre mes compétences et ma vie professionnelle au service de la transition écologique. Depuis 2018, j’ai repris la direction de Positive Home pour offrir aux particuliers l’accompagnement nécessaire à la conception et à la construction de leur projet. Avec une cinquantaine de salariés et plus de 45 projets réalisés, la société défend les valeurs du passif ; Sobriété énergétique et Harmonie architecturale en favorisant systématiquement l’emploi de matériaux naturels et biosourcés.

Sandra Ripeau

Secrétaire de l'association

secretaire@lamaisonpassive.fr

Ingénieure en construction et habitat durables, j’ai commencé à m’intéresser aux maisons passives en 2011 avec la labellisation d’une première maison dans le Pays basque. Depuis, c’est devenue une évidence… Ce label est tellement qualitatif et abouti. Mon bureau d’étude thermique et environnemental s’appelle Carbone. Je me suis donné l’objectif de construire et rénover des maisons et des bâtiments les plus décarbonés possible, avec un accompagnement des auto-constructeurs/rénovateurs, architectes, maîtres d’œuvre dans leurs projets, de l’esquisse à la labellisation.

Tugdual Allain

Vice-secrétaire de l’association

Créateur du bureau d’études ÉQUIPE INGÉNIERIE en 2008, j’ai cherché parmi l’ensemble des labels énergétiques mondiaux existants celui qui répondait de façon la plus rationnelle et économique aux besoins actuels et futurs. Je me suis donc tourné vers le label Passif. Aujourd’hui cela représente 75% de notre chiffre d’affaires à travers toute la France.

Richard Lefebvre

Trésorier de l’association

tresorier@lamaisonpassive.fr

Après plus de 20 années dans la préfabrication de produits en béton, j’ai décidé de créer une entreprise de construction de maisons passives structure bois en 2004. Un premier projet démarré en 2006, sera le 1er label passif en France ! Je suis membre fondateur de l’association La Maison du Passif. – Créateur de l’entreprise de construction bois spécialisée dans le bâtiment passif et à énergie positive Les Airelles.

Olivier Riscala

Vice-trésorier de l'association

Après une première partie de carrière en finance d’entreprise, j’ai décidé de créer la société ecoXia SAS avec mon frère Laurent en 2011. Notre mission d’entreprise est de démocratiser les bâtiments bas carbone, haut confort et à coût maîtrisé. C’est donc tout naturellement que nous sommes devenus membre de l’association de la Maison du Passif en 2014. Depuis, l’ensemble de nos collaborateurs ont été formés à la méthodologie passive (CEPH certifiés) et nous concevons et réalisons systématiquement nos bâtiments (logement, tertiaires, ERP) selon la méthodologie du passif et une recherche de l’optimisation de l’impact carbone. Nous avons ainsi plusieurs bâtiments certifiés passifs à notre actif ! Pour approfondir mon engagement pour les bâtiments vertueux, j’ai souhaité rejoindre le Conseil d’Administration de la Maison du Passif en 2023.

Brigitte Lauretou

Depuis 1990 que je travaille dans la fonction publique territoriale (mairies puis métropole), avec une formation d’architecte, j’ai toujours été motivée pour proposer des projets d’urbanisme et de constructions innovants, et allant au-delà de la réglementation en vigueur. C’est ainsi que dès 2010, j’ai réussi à convaincre de faire les bâtiments neufs en passif et de les labelliser. Comme les retours en phase exploitation ont montré l’évidence de cette méthode, elle s’est imposée aux rénovations énergétiques du patrimoine bâti. Avec les grosses économies d’énergie qu’elle permet de réaliser, je peux constater qu’elle trouve encore plus tout son sens dans le contexte énergétique actuel.

Julien Rivat

J’ai été fasciné par les bâtiments Passivhaus que j’ai découverts lors d’un voyage en Autriche en 2005. Depuis, j’ai orienté la production de mon agence d’architecture, l’Atelier d’Architecture Rivat, vers les projets passifs certes, mais également décarbonés à l’instar des structures bois et de l’isolation en paille. Des valeurs qui m’ont conduit à adhérer à l’association La Maison du Passif puis à en devenir membre du conseil d’administration.

Paul-Louis Sadoul

Coordinateur commission technique

Depuis mes débuts en tant qu’ingénieur thermicien j’ai pratiqué l’approche passive et en suis convaincu depuis lors. Je suis désormais responsable des opérations d’urbanisme et prestations d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage pour le bureau d’études solaresbauen entre Paris et Strasbourg.

Camille Sifferlen

Diplômée en architecture, j’ai travaillé 6 ans au Passive House Institute qui est à l’origine de la méthode de conception passive. J’y ai mené des activités de formation et de labellisation à l’international, avec un intérêt particulier pour les projets pilotes dans des climats chauds. A mon retour en Alsace, j’ai ouvert ma micro-entreprise Passiv’Optim et rejoint le conseil d’administration de La Maison du Passif.

Franck Janin

Membre d'honneur

En 2006, après 20 ans dans l’industrie informatique, prenant conscience des travaux du club de Rome, rapport Meadows, j’ai cherché la méthode de conception de bâtiments la plus aboutie. Le passif s’est imposé, méthode éprouvée et quasiment inchangée depuis 1990. J’ai alors construit ma maison passive en paille et changé de métier en créant le bureau d’études thermiques HELIASOL qui a depuis labellisé une trentaine de bâtiments.

L'équipe interne

Techniques

Victor Hoppe

Responsable Technique & Certificateur label Bâtiment Passif

v.hoppe@lamaisonpassive.fr

Hani Boukhalfa

Alternant ingénieur projets passifs

h.boukhalfa@lamaisonpassive.fr

Formations

Marie-José Mercier

Responsable Formations & Marketing

mj.mercier@lamaisonpassive.fr

Communication

Romane Courty

Cheffe de projet Communication & Événementiel

r.courty@lamaisonpassive.fr

Khalida Benchalal

Assistante Communication

k.benchalal@lamaisonpassive.fr

Mathieu Fumex

Chef de projet Éditorial & Relations presse

m.fumex@lamaisonpassive.fr

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.