Trophées du Bâtiment Passif 2024 : et les lauréats sont…

Découvrez les lauréats des Trophées du Bâtiment Passif 2024

Comme chaque année, le salon Passibat’ a été pour l’association La Maison du Passif l’occasion de remettre les Trophées du Bâtiment Passif. Organisés depuis 2019, ces prix récompensent les projets passifs les plus exemplaires du point de vue de la performance énergétique, de l’usage et de la qualité architecturale.

Cette année encore, le jury était composé de professionnels du secteur : 
– Xavier Gaucher, président fondateur de la Fresque de la Rénovation
– Rolf Matz, architecte gérant de l’agence Rolf Matz Architecture
– Edouard Molard, architecte associé co-gérant de l’agence Archipente
– Olivier Namias, rédacteur en chef du magazine AMC
– Louise Ranck, architecte alors élue au Conseil régional de l’Ordre des architectes
– Marie-Christine Vatov, rédactrice en chef du magazine Traits Urbains
– Marion Waller, directrice générale du Pavillon de l’Arsenal

Sans plus attendre, découvrez les lauréats :

Projet Individuel Neuf

Wood White Box & Wood Black Box

conception architecturale ArKo_architecte & B.E.E.E.P
études thermiques Anheol énergies & B.E.E.E.P
photos B.E.E.E.P

Dans le Finistère nord, le constructeur B.E.E.E.P livre avec la complicité de l’agence arKo_architecte et du bureau d’études Anheol Énergies, une maison qui intrigue les riverains : elle est à la fois passive, biosourcée et intergénérationnelle.

Terre d’imaginaire, la Côte des Légendes attire les artistes, les conteurs d’histoires et les randonneurs en quête de paysages oniriques. C’est là, à Plounéour-Brignogan-plages précisément, qu’Erwan et Sandrine Abgraal de l’entreprise B.E.E.E.P construisent en 2021 leur propre maison. Après des années passées à bâtir des projets pour des clients qui avaient l’air d’être satisfaits, nous avons eu envie de le faire pour nous-mêmes”, témoigne Erwan.

Conçue pour accueillir deux générations simultanément, l’habitation se compose de deux logements distincts, séparés par un troisième volume revêtu de tôle en polycarbonate abritant un jardin d’hiver. Fidèles à leur crédo “mieux bâtir avec moins”, les constructeurs privilégient des matériaux biosourcés et non-traités : du douglas pour les ossatures, les dalles, les toitures et de la ouate de cellulose pour les isolants. En outre, la déconstruction est prise en compte dès la conception des modules pré-fabriqués. Qui plus est, l’eau de pluie est captée sur l’ensemble des toitures et stockée sous la serre, pour alimenter les toilettes et le jardin”, complète le chef d’entreprise qui présente-là un projet aussi sobre qu’innovant, à tous les points de vue.

FICHE TECHNIQUE
livraison 2022 – localisation Plounéour-Brignogan-plages, Finistère – label Bâtiment Passif Classique – surfaces de référence énergétique 105 et 54 m² – coût des travaux NC – besoins de chauffage 8,6 et 14 kWh/(m²a) – puissances de chauffe 11 et 12 W/m² – fréquence de surchauffe 1,9% – tests d’infiltrométrie n50 = 0,20 et 0,25/h – consommation d’énergie primaire 76 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 41 kWh/(m²a) – production d’énergie renouvelable 25 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 85,6% – châssis triple vitrage Uw = 1,15 W/(m²K) – murs extérieurs ossature douglas et ouate de cellulose. U = 0,178 W/(m²K) – dalle douglas et ouate de cellulose. U = 0,131 W/(m²K) – toiture douglas et ouate de cellulose. U = 0,132 W/(m²K)

Projet Collectif Neuf

Le Ginkgo

conception architecturale Petitdidierprioux architectes et A trois
études thermiques Solares Bauen
photos Sergio Grazia

Au cœur de la ZAC Presqu’Île de Grenoble se dresse un sculptural projet passif né de la collaboration entre Petitdidierprioux, l’agence A Trois et le bureau d’études Solares Bauen pour Edifim. Sa force ? La modularité.

À Grenoble, le quartier Presqu’Île est un terrain d’innovation et d’expérimentation urbaine. Ici se côtoient des réalisations audacieuses, tant du point de vue architectural que de la performance énergétique, la municipalité ambitionnant d’y réduire la consommation énergétique de 30% par rapport à la règlementation thermique actuelle. Le Ginkgo, remarquable immeuble passif mixte de presque 3 000 mètres carrés livré en 2023, n’échappe pas à la règle. Le projet est conçu en deux parties – une émergence côté rue principale et un bâtiment à gradins côté jardin –, jouant chacune un rôle urbain, organisées autour de terrasses et lieux collectifs au bénéfice des habitants”, expliquent les architectes de l’agence Petitdidierprioux. Surtout, l’habilité proposée est “à la carte”, les plateaux sont libres et modulables à l’envie par les futurs acquéreurs, grâce à une trame de façade et une structure régulière”, ajoutent les concepteurs. Les lots peuvent ainsi évoluer en fonction des besoins des habitants, et pourquoi pas changer un jour de destination.

Par ailleurs, bien que très peu compact pour un projet passif, le Ginkgo atteint les critères du label “Bâtiment Passif Classique” grâce à des solutions habiles, comme la désolidarisation des balcons et terrasses de la structure en béton pour limiter les ponts thermiques.

FICHE TECHNIQUE
livraison 2023 – localisation Grenoble, Isère – label Bâtiment Passif Classique – surface de référence énergétique 2 990 m² – coût des travaux 5,6M d’euros – besoins de chauffage 11 kWh/(m²a) – puissance de chauffe 12 W/m² – fréquence de surchauffe 5% – test d’infiltrométrie n50 = 0,6/h – consommation d’énergie primaire 123 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 58 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 85% – châssis triple vitrage Uw = 0,89W/(m²K) – murs extérieurs béton et laine de verre. U = 0,167 W/(m²K) – dalle polyuréthane, béton et flocage. U = 0,091 W/(m²K) – toiture béton et polyuréthane. U = 0,077W/(m²K)

Projet Tertiaire Neuf

Résidence La Collinière

conception architecturale Philippe Caucheteux & Parallèle Architectes
études thermiques Energelio
photos  Philippe Caucheteux & Parallèle Architectes

C’est le plus grand EHPAD des Hauts-de-France et le plus vaste bâtiment passif de ce type au monde. En dépit de son ampleur, cette résidence conçue par Philippe Caucheteux et Parallèle Architectes en collaboration avec Energelio témoigne d’une véritable attention envers ses occupants.

Construite à Saint-Amand-les-Eaux en lieu et place d’une ancienne friche Leclerc, la résidence de la Collinière est un projet hors-normes. C’est un programme ambitieux, surtout en termes de nombre de résidents, rarement programmé dans ce type d’établissement”, témoigne le bureau d’études Energelio. Et pour cause… Au programme : 320 lits, répartis en sept unités de vie, trois unités de vie Alzheimer, une unité de vie personnes handicapées, une unité d’hébergement renforcé et un pôle d’activités et soins adaptés, pour un terrain de trois hectares et un chantier de plus de deux ans.

Afin d’apporter l’humanité nécessaire à cette opération aussi sensible que monumentale, le projet conçu en processus BIM est appréhendé comme un village. Notre parti pris repose sur la recherche de clarté et de lisibilité spatiale”, appuie le BET. Le bâtiment, en R+1 et très étalé, est ainsi structuré autour de places centrales agrémentées de services : lieux d’animations, restaurants, bars, salons de coiffure…

“C’est grand, c’est coloré, c’est nouveau, le lieu est magnifique. On ne s’est pas moqué de nous, faudra le dire !”, s’enthousiasmait un résident lors de l’ouverture de la Collinière auprès du journal municipal. C’est dit.

FICHE TECHNIQUE
livraison 2023 – localisation Saint-Amand-les-Eaux, Nord – label Bâtiment Passif Classique – surface de référence énergétique 14 617 m² – coût des travaux 27 585 000 euros HT – besoins de chauffage 12,89 kWh/(m²a) – puissance de chauffe 10,35 W/m² – fréquence de surchauffe non applicable car bâtiment climatisé – besoin de refroidissement et de déshumidification 1,53 kWh/(m²a) – puissance de refroidissement 8,10 W/m² – test d’infiltrométrie n50 = 0,56/h – consommation d’énergie primaire 106 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 156 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 81 % – châssis triple vitrage Uw = 1,08 W/(m²K) – murs extérieurs béton et PSE. U = 0,108 W/(m²K) – dalle béton et PSE. U = 0,123 W/(m²K) – toiture béton et PSE. U = 0,089 W/(m²K)

Projet Individuel Rénové

Maison JFG

conception architecturale Quinze Architecture
études thermiques Hinoki
photos INTERVALphoto

Direction le Morbihan, où Quinze Architecture et Hinoki ont joint leurs efforts pour transformer et étendre une maison de ville caractéristique des années 1960. Un projet dans lequel rénovation énergétique rime avec ambition architecturale.

À l’origine de cette réalisation livrée en janvier 2022, une bâtisse comme l’on en trouve des centaines en Bretagne, avec son rez-de-chaussée en pierres surmonté d’étages en parpaings, le tout recouvert d’enduit blanc. Le projet élaboré avec les clients consiste en une refonte totale de cette ancienne maison à laquelle est ajoutée une extension en ossature bois et matériaux biosourcés”, contextualisent les architectes.

En plus des travaux d’isolation par l’intérieur et de la chasse aux ponts thermiques permettant à l’habitation d’atteindre aujourd’hui les critères du label EnerPHit tout en conservant l’aspect sobre et minimaliste des façades, les architectes redistribuent complètement les espaces intérieurs. Grâce à l’installation de portiques métalliques dont l’esthétique contemporaine dialogue avec le cachet du béton du plafond désormais apparent, le rez-de-chaussée est décloisonné. Il accueille à présent de généreux espaces de vie ouverts sur le jardin au sud, lui-même reconnecté à la maison via l’ajout d’une terrasse ombragée. La cage d’escalier, enfin, est ouverte sur deux niveaux pour créer une grande respiration verticale tout en optimisant la circulation de la lumière.

FICHE TECHNIQUE
livraison janvier 2022 – localisation Auray, Morbihan – label non labellisé – surface de référence énergétique 194 m² – coût des travaux NC – besoins de chauffage 17,5 kWh/(m²a) – puissance de chauffe 13 W/m² – fréquence de surchauffe 0% – test d’infiltrométrie n50 = 0,59/h – consommation d’énergie primaire 98 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 44 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 93% – châssis triple vitrage Uw = 0,79W/(m²K) – murs extérieurs parpaing, laine de bois et coton recyclé. U = 0,194 W/(m²K) – dalle béton et polyuréthane. U = 0,132 W/(m²K) – toiture structure bois, laine de bois et coton recyclé. U = 0,135 W/(m²K)

Projet Tertiaire Rénové

La Salle du Lac

conception architecturale Atelier d’architecture RIVAT
études thermiques
Héliasol
photos Gaëlle Pascal

Aux abords d’un petit lac ardéchois, l’atelier d’architecture RIVAT et Héliasol livrent la rénovation passive d’une salle polyvalente. Une opération guidée par le souhait de rendre ses lettres de noblesse à un équipement public devenu désuet tout en tirant parti d’un site naturel exceptionnel.

Quoiqu’artificiel, le Lac aux Ramiers de la commune de Vernoux-en-Vivarais est devenu au fil du temps un agréable site de loisirs. Baignade, pêche ou encore sports de glisse sont autant d’activités pratiquées autour de ce point d’eau au charme pittoresque. Dans les années 1980, la municipalité fait bâtir sur sa rive occidentale une petite salle des fêtes en structure bois. Quarante ans plus tard, alors que l’édifice ne répond plus aux normes actuelles, l’heure des travaux a sonné.

“Le projet de réhabilitation et d’extension propose de réaménager la salle en améliorant sa capacité d’accueil, son fonctionnement et son rapport au site”, détaillent les architectes. Généreusement ouvert à l’ouest comme à l’est, l’équipement profite ainsi d’une très belle vue sur le lac et sa flore. À l’intérieur, où 295 personnes assises peuvent être accueillies en même temps, les quatre poutres maîtresses du projet, en lamellé-collé”, sont désormais apparentes, comme pour donner à lire les qualités jusqu’alors insoupçonnées de l’existant. Côté matériaux enfin, les maîtres d’œuvres privilégient le biosourcé : isolation laine de bois et essences locales en structure comme en bardage.

FICHE TECHNIQUE
livraison 2023 – localisation Vernoux-en-Vivarais, Ardèche – label Bâtiment EnerPHit – surface de référence énergétique 451 m² – coût des travaux 1 200 000 euros HT – besoins de chauffage 24 kWh/(m²a) – puissance de chauffe 16 W/m² – fréquence de surchauffe 0,6% – test d’infiltrométrie n50 = 1/h (au test intermédiaire) – consommation d’énergie primaire 94 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 50 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 84% – châssis triple vitrage Uw = 1,23 W/(m²K) – murs extérieurs structure bois et laine de bois. U = 0,156 W/(m²K) – dalle béton et polyuréthane. U = 0,162 W/(m²K) – toiture structure bois et laine de bois. U = 0,123 W/(m²K)

Mention "TOUR DE FORCE"

Le Haut-Bois

conception architecturale ASP Architecture & Atelier 17C-Architectes
études thermiques
Terranergie
photos Paul Kozlowski

Conçue par ASP Architecture, Atelier 17C-architectes et le BET Terranergie, le Haut-Bois est une réalisation exemplaire.

Investi par ses locataires en mars 2022, le Haut-Bois est le plus haut projet en bois de France en zone sismique. Au programme : deux immeubles sociaux passifs, en R+8 et R+5, en structure en CLT et érigés en seulement 17 mois. La préfabrication de la structure et de l’enveloppe ont permis une mise en œuvre de grande qualité, notamment du point de vue de l’étanchéité à l’air.

FICHE TECHNIQUE
livraison 2022 – localisation Grenoble, Isère – label Bâtiment Passif Classique – surfaces de référence énergétique 1 611,5 et 2 369,6 m² – coût des travaux 6 046 266 euros HT – besoins de chauffage 5 kWh/(m²a) – puissance de chauffe 7 W/m² – fréquence de surchauffe 5,5% – test d’infiltrométrie n50 = 0,3/h – consommation d’énergie primaire 93 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 66 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 84% – châssis triple vitrage Uw = 0,71 W/(m²K) – murs extérieurs structure bois et ouate de cellulose. U = 0,170 W/(m²K) – dalle béton et polyuréthane. U = 0,106 W/(m²K) – toiture structure bois, et ouate de cellulose. U = 0,093 W/(m²K)

Mention "PROGRAMME"

Crématorium Métropole Rouen Normandie

conception architecturale BABEL
études thermiques
Sogeti Ingénierie
photos Antoine Mercusot et Sylvie Villeger

À Petit-Quevilly, BABEL et Sogeti Ingénierie signent pour la métropole de Rouen un projet délicat en réponse à un sujet complexe.

Concevoir un crématorium est une affaire sensible. Pour répondre aux besoins de la métropole – son premier crématorium ayant atteint sa capacité maximale –, les concepteurs imaginent un équipement en structure béton d’une grande élégance. D’une surface de 743 mètres carrés, il abrite un hall d’accueil, deux salles de cérémonies ainsi qu’une salle de convivialité.

FICHE TECHNIQUE
livraison 2019 – localisation Le Petit-Quevilly, Seine-Maritime – label Bâtiment Passif Classique – surfaces de référence énergétique 1573,4 et 87,6 m² – coût des travaux NC – besoins de chauffage 8 kWh/(m²a) – puissance de chauffe 11 W/m² – fréquence de surchauffe 0% – test d’infiltrométrie n50 = 0,6/h – consommation d’énergie primaire 116 kWh/(m²a) – consommation d’énergie primaire renouvelable 67 kWh/(m²a) – rendement VMC double-flux 84% – châssis triple vitrage Uw = 1,3 W/(m²K) – murs extérieurs béton et laine de verre. U = 0,152 W/(m²K) – dalle béton et polyuréthane. U = 0,106 W/(m²K) – toiture béton, polyuréthane et laine de bois. U = 0,084 W/(m²K)

QUINZE-mi-JFG-Auray-68

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.