2016 : le passif fait sa révolution silencieuse

Si 2015 a été une année décisive pour la construction passive, 2016 fait office d’une année de révolution silencieuse : après s’être imposé à l’échelle internationale et avoir évolué pour intégrer les énergies renouvelables, le Bâtiment Passif s’imprime de plus en plus dans les esprits comme la voie à suivre pour la transition énergétique.

Une année anniversaire

2016 marque surtout les 25 ans de l’élaboration des critères du Bâtiment Passif ! L’anniversaire a été célébré en deux temps : une première fois les 22 et 23 avril à l’occasion de la 20e Conférence internationale du Passif, qui a eu lieu à Darmstadt, la ville où tout a commencé. En effet, il s’agit de la ville qui a accueilli le tout premier bâtiment passif en 1991.
En deuxième temps, ce tout premier bâtiment passif, qui a également fêté ses 25 ans cette année, a effectué durant l’automne la transition de Bâtiment Passif Classique à Bâtiment Passif Plus. Une évolution couronnée de succès : le bâtiment, désormais positif, produit autant d’énergie qu’il n’en consomme.

Le Bâtiment Passif Plus en fait toujours Plus

Bien que tout récent, le label Bâtiment Passif Plus séduit beaucoup. Il s’agit d’une déclinaison du label Bâtiment Passif tel que nous le connaissons, mais avec l’ajout des énergies renouvelables pour arriver à une autonomie partielle ou totale sur le plan énergétique. 
Le premier bâtiment français à avoir fait le pari réussi de la transition est la Maison Chloé, située à Neuve-Église (67). Elle est certifiée Bâtiment Passif Plus depuis février 2016.
Mais ce label convainc aussi à grande échelle ! En effet, la ville de Carquefou (44) accueille une gigantesque opération passive : 300 logements Bâtiment Passif Plus sont en train de sortir de terre ! À terme, ce sont 600 logements bâtis selon la catégorie Plus qui seront livrés pour l’été 2017.

Par ailleurs, une documentation est disponible pour vous aider à vous y retrouver dans l’évolution du label.

La France est conquise

Bien que le Bâtiment Passif ne soit pas encore le standard de construction de référence pour la prochaine Règlementation Thermique, des indices laissent présager d’une telle décision…

Comme par exemple, le fait que la ville de Rennes ait indiqué l’obligation de construire passif, dans son nouveau Plan Local de l’Habitat : “Pour préparer les acteurs aux futures Réglementations Thermiques (RT) […], chaque nouvelle opération d’aménagement contractualisée avec Rennes Métropole développera un îlot en label « Passivhaus ».” Il s’agit d’une première française et nous espérons en voir de nombreuses autres bientôt !

Un autre signe encourageant, c’est l’appui de la Caisse des Dépôts et des Consignations. Elle a annoncé en juin que les bâtiments publics labellisés Bâtiment Passif Plus et Bâtiment Passif Premium sont désormais éligibles à son prêt « croissance verte ».
La Caisse des Dépôts veut ainsi souligner les efforts des communes et collectivités qui construisent un bâtiment administratif, une crèche, une école, un collège, un lycée, ou tout autre type d’équipement culturel ou sportif dans une démarche vers l’énergie positive, résiliente et bas carbone.

Le signe que le Bâtiment Passif entre dans les mœurs et se démocratise ? Il fera bientôt l’objet d’un MOOC sur la plateforme Bâtiment Durable. Cette plateforme souhaite faire acquérir aux professionnels du bâtiment les connaissances et compétences qui permettent de répondre aux enjeux de la transition énergétique, mais aussi de la transition numérique, qui impactent leurs métiers et leurs savoir-faire.
Alors, quoi de plus naturel qu’un cours dédié au Bâtiment Passif y paraisse l’an prochain ?

Un intérêt non démenti

L’année 2016 a été chargée pour l’association, avec deux temps forts où nous avons eu le plaisir de vous rencontrer.

Tout d’abord, Passi’bat, en avril, a accueilli 2 500 visiteurs au Salon et au Congrès. Ce chiffre et vos réactions nous confirment que Passi’bat s’est érigé en rendez-vous reconnu de la construction passive francophone. Pour tous ceux qui souhaitent connaître les dates du prochain Passi’bat, nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous en 2018…

Ensuite les Journées Portes Ouvertes Maison Passive. Le pont du 11 novembre, en plein évènement, n’a pas entamé le succès : 1 200 personnes ont poussé les portes de bâtiments passifs et sont venus à la rencontre d’habitants ou de propriétaires.
Un intérêt repris dans la presse quotidienne régionale, à lire ou relire ici.

De nouveaux outils pour vous aider

L’année 2016 a également vu paraître une nouvelle édition de la Brochure Verte, notre documentation phare sur la construction passive en France.
Augmentée de 4 études de cas, d’un panorama des nouvelles labellisations (années 2014 et 2015) et d’un focus sur les 3 nouvelles catégories du label Bâtiment Passif (Plus, Premium et BaSE).
L’autre nouveauté de cette édition, c’est qu’elle est désormais consultable en ligne et téléchargeable. Bonne lecture !

Et la dernière nouveauté et non des moindres, le site de l’association est désormais pourvu d’une boutique ! Vous pouvez désormais faire vos achats (documentations & logiciels) et vos demandes d’adhésion et de formation directement sur le site.

2017 : une année particulière pour nous

2016 s’achève mais nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous pour une année 2017, très particulière pour nous, car elle célébrera les 10 ans de l’association ! Nous espérons pouvoir compter à nouveau sur votre soutien et votre enthousiasme pour cette année si particulière pour nous.

La Maison Passive vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2017 !

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.