30 ans du Bâtiment Passif : bilan en France et dans le monde

Le premier bâtiment passif du monde, selon les critères du Passive House Institute, est sorti de terre en 1991. Le standard Bâtiment Passif fête donc ses 30 ans cette année ! C’est l’occasion rêvée pour en dresser un bilan.

L’état des lieux du passif en France

Le 14 septembre dernier, nous vous proposions un webinaire gratuit faisant le bilan de la construction passive dans l’hexagone, en partenariat avec notre homologue Wallon Plate-Forme Maison Passive.

Vous êtes curieux de connaître la progression des surfaces labellisées bâtiment passif depuis 2007, année à laquelle la première maison passive labellisée en France a été finalisée ? Visionnez le replay du Webinaire dès maintenant !

Le premier Bâtiment Passif

Le premier Bâtiment Passif, construit en Allemagne (Darmstadt) en 1991

Wolfgang Feist, maître d’ouvrage de la première maison passive à Darmstadt, a également fondé le   Passive House Institute il y a 25 ans. Il s’exprime au sujet de l’évolution du nombre de projets passifs à travers le monde :

“Bien sûr, je suis heureux de cette évolution : voir le progrès depuis le premier bâtiment résidentiel expérimental jusqu’aux aux projets et quartiers du monde entier conçus selon le standard Bâtiment Passif”, explique le pionnier du Bâtiment Passif. Feist. Cependant, il précise que “sans un engagement nettement plus important de la part des gouvernements, il ne sera pas possible d’atteindre les objectifs fixés. un engagement beaucoup plus important de la part des gouvernements, on observera très peu de progrès dans la construction de bâtiments économes en énergie”. Le physicien a démontré une solution praticable pour un haut niveau d’efficacité énergétique en en construisant le premier bâtiment passif.

Le Bâtiment Passif dans le monde

Selon le dernier relevé du Passive House Institute concernant l’ensemble des bâtiments passifs labellisés dans le monde, la surface totale des Bâtiments Passifs labellisés selon les standards de l’Institut avoisine les 3 000 000 m² ! On constate une nette augmentation des surfaces labellisées au niveau mondial à partir de 2010.

Évolution de la surface habitable labellisée Bâtiment Passif dans le monde entre 1998 et 2021

Rédaction : Victor Hoppe et Passive House Institute (citation)

1ere-Maison-passive-Darmstadt-220x300

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.