-34° et des fenêtres à température agréable : découvrez la maison passive la plus septentrionale au monde

La ville de Fort St John, en Colombie Britannique, a hérité du surnom de “ville énergétique”, en raison de ses larges ressources naturelles en pétrole, gaz et sylviculture. Malgré ces conditions, la ville a décidé de faire preuve de bonne gestion de ses ressources en énergie en implémentant un projet passif.

from-north-east

Construire et consommer différemment

Dans une ville où la construction est prospère (le plein emploi dans l’énergie attire constamment de nouveaux résidents), les maisons sont construites très rapidement sans prêter grande attention à leur efficacité énergétique… alors même que la température au plus froid de l’hiver peut atteindre les – 34°C !

La mairie a donc initié ce projet de maison passive afin de mettre en lumière la possibilité de construire et de consommer différemment dans la région. C’est l’occasion également pour les artisans locaux d’acquérir et de mettre en valeur un savoir-faire et des techniques de constructions rares dans cette province, mais également de mettre à l’épreuve des nouvelles technologies.
Durant la construction, le projet a ouvert ses portes aux bâtisseurs locaux afin de les sensibiliser à la conception passive et aux bâtiments à basse consommation.

200$ de chauffage pour -34°C : les détails techniques

La maison est d’une surface totale de 176 m², dont trois chambres, deux salles de bains et un cabinet de toilette. Elle se compose de murs et d’un toit préfabriqués, qui ont été assemblés en 5 jours. L’étanchéité est assurée par un ruban adhésif spécifique, appliqué sur toutes les jonctions de panneaux.

PH_056

Les murs ont une double couche : la paroi intérieure est remplie d’un isolant en laine minérale sur 10 cm de large, tandis que la paroi extérieure est comblée sur 30 cm de large par de la ouate de cellulose dense.
Des goujons sont adjoints aux solives afin de minimiser le risque de pont thermique.
Des panneaux OSB finalisent l’étanchéité à l’air sur le côté extérieur. La valeur R du mur est de 56.

La dalle est composée de 30 cm d’isolant de polystyrène expansé, puis d’une couche de 10 cm de béton et à nouveau une couche de 5 cm de polystyrène expansé, chapeauté par un plancher bois. La valeur R de la dalle est de 52.

A la cave, les murs sont composés de blocs de coffrage isolants avec un coeur de béton sur 20 cm de large, compressé entre deux couches de polystyrène expansé.

La charpente est faite de solives de 40 cm de large, isolées avec une couche d’ouate de cellulose dense. Elle est chapeautée d’un plafond isolé par de la laine minérale pour arriver à une valeur R de 70.
Les fenêtres sont des Optiwin, au vitrage venant de chez Alu2Wood, avec une valeur R de 7,8.

Pour plus d’informations techniques, rendez-vous sur le site de Passivehouse US.

Systèmes mis en place dans la maison

L’ECS est produite grâce à un chauffe-eau à pompe à chaleur de 200 L.
12 panneaux photovoltaïques sont placés sur le toit afin de produire un tiers de l’électricité nécessaire aux besoins de la maison.
La ventilation double flux à récupération de chaleur doit faire baisser les factures de chauffage, à raison de seulement 200 à 400 dollars par an.

La maison sera l’objet de visites pédagogiques afin de faire connaître le standard passif et sa faisabilité sous ces latitudes. Elle sera vendue à l’issue de cette année de “portes ouvertes pédagogiques”.

Découvrez quelques images de la maison dans cette vidéo explicative (attention, lien en anglais).

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.