Bâtiment remarquable de Leipzig : le Westbad de Leipzig ou “Bains de l’ouest”

Le Westbad de Leipzig a connu plusieurs vies. Edifié en 1928, il sera tout d’abord un établissement de bains, puis, au tournant des années 90, il sera fermé au public et squatté pendant une quinzaine d’années.
Depuis 2003, il renaît de ses cendres pour devenir un centre polyvalent, et passif !

ACTE 1 : BEAU BAUHAUS

Construit entre 1928 et 1930, au moment de la récession économique, le Westbad faisait alors office de bâtiment à la pointe de la modernité dans l’ouest de la ville de Leipzig. Il a été conçu par Hubert Ritter, architecte qui a considérablement modifié le visage de Leipzig, la faisant entrer de plein pied dans le XXe siècle.

Le bâtiment, d’influence Bauhaus, est visible de loin dans la ville grâce à sa tour de 12 mètres de haut munie d’une horloge géante.
La piscine creusée dans laquelle de nombreux habitants de Leipzig ont appris à nager occupait une salle de 800 m², qui tenait sans colonnes, uniquement grâce aux murs et aux fondations.
Durant les années 50 et jusqu’aux années 80, le Westbad a accueilli des compétitions de natation internationales. Par la suite, il tombe petit à petit en décrépitude, est fermé au public et est occupé par des squatteurs qui dégraderont le bâtiment.



Au début des années 2000, le bâtiment entame une longue métamorphose en deux actes qui le fera changer totalement d’utilité et de nature.

ACTE 2 : ON AGRANDIT

Le nouveau propriétaire des lieux a une idée : construire un centre de soin dans les locaux à côté du Westbad, avec l’eau comme thématique commune. Mais avec le défi de faire une rénovation de toute cette surface au standard passif !
Deux bâtiments du même pâté de maisons lui sont rattachés et le travail sur l’enveloppe peut enfin commencer.
La bonne surprise du début de chantier est qu’il n’y a qu’une large fenêtre à créer sur la façade nord pour éclairer l’atrium du complexe. En effet, l’ensemble du bâtiment bénéficie déjà de vastes surfaces vitrées sur les façades sud et est ; les apports solaires passifs étaient déjà utilisés sans le savoir dans les années 30 !
Un ascenseur est créé dans la partie est du complexe, séparé de l’enveloppe passive par un système de portes.

Le premier bâtiment annexé, se trouvant au milieu du complexe final, a une structure très lourde. Les murs extérieurs et intérieurs se composent d’une épaisseur de briques allant jusqu’à 50 cm par endroits. Ces éléments de construction ont été plâtrés sur le mur intérieur afin d’obtenir une enveloppe qui soit la plus imperméable possible. Les éléments de surface, quant à eux, ont été isolés par l’extérieur grâce à des panneaux de polystyrène, allant de 160 à 250 mm d’épaisseur, selon les éléments à recouvrir.
Afin d’éviter au maximum les ponts thermiques notamment au niveau de l’embrasure des fenêtres, des panneaux sous vide, de style Vacupor, ont été utilisés pour les tableaux de fenêtres et pour connecter le système composite d’isolation thermique aux cadres de fenêtres.
L’ombrage nécessaire est apporté par des stores vénitiens attachés sur l’extérieur des fenêtres les plus sensibles à la surchauffe ; ils sont contrôlés de manière électronique afin de bénéficier d’un ombrage optimum.

Toutes les salles communes sont installées dans les parties est et sud du complexe. Les pièces utilisées comme “zones tampon” telles que les vestiaires, les salles de stockage, la piscine et le local techniques sont situées dans les parties ouest et nord, où il est difficile de recevoir la lumière.
En période estivale, la ventilation transversale permet de rafraîchir par night-cooling les parties “individuelles” telles que les salles de soin, les bureaux et cabinets de consultation.
Les unités de ventilation sont à récupération de chaleur à hauteur de 90 %. Ces unités ont été pensées pour les parties “individuelles” et ont un taux d’échange d’air d’environ 0,8. Le besoin de chauffage est assuré par une chaudière à condensation à gaz, déjà installée dans le bâtiment historique du Westbad. L’ECS est également assurée par le sytème déjà en place.

Ces deux nouveaux bâtiments accueillent respectivement un centre de soins axés sur la physiothérapie, l’ergothérapie, la rééducation sportive et l’orthophonie ; et un cabinet de consultation sur plusieurs étages, avec une pharmacie au rez-de-chaussée.
Découvrez le centre de soins du Westbad de l’intérieur, en vidéo.



ACTE 3 : DE PISCINE À SALLE DE CONCERT

La rénovation totale du complexe court de 2003 à 2015. La première partie des travaux s’est axée sur la rénovation et la création du centre de soins. La seconde partie s’attache à rénover le Westbad en tant que tel, pour lui faire changer de nature. Autrefois piscine, le Westbad a été transformé en salle multi-usage, pouvant accueillir des congrès, des concerts ou des compétitions sportives, soit 750 personnes, sur 1 200 m² de surface, répartis sur 3 étages.



Pour trouver un terrain d’entente entre conservation du bâtiment et standard passif, un lourd travail sur l’enveloppe a été opéré, afin de la rendre énergétiquement performante. Cela s’est fait par la dés-obturation d’un très large vitrage au sud, et, au contraire mais avec l’accord des autorités de conservation du patrimoine architectural, l’obturation d’un large vitrage au nord qui occasionnait de considérables déperditions de chaleur.
Les parties chauffées du bâtiments jouxtent le centre de soins notamment à l’est et au sous-sol, d’où ils peuvent récupérer une partie de la chaleur émise par la piscine intérieure chauffée du centre voisin.

La ventilation du Westbad est composée d’une unité centrale, avec un taux de récupération de chaleur de 75 % et une capacité de ventilation de 12 000 mètres cubes par heure. Les conduits de ventilation sont intégrés dans la structure du bâtiment.
L’injonction d’air frais est réglé sur les taux de CO2 dans l’air, pouvant être ajusté selon la fréquentation du hall principal et/ou le type d’évènement y prenant place.
Le foyer et la salle d’entraînement, situés au sous-sol, ont leur propre système de ventilation, avec récupération de chaleur à hauteur de 85 %.
Le besoin de chaleur nécessaire aux périodes creuses, lorsqu’aucun évènement n’est planifié, sera couvert par deux pompes à chaleur. Dans l’optique de garder une consommation la plus faible possible, il a été décidé que la température intérieure en période hivernale serait de 15°C. Les besoins en énergie et/ou en chauffage durant cette période seront couverts également par le chauffage du sous-sol ou par la ventilation.

Toujours dans l’optique de la plus grande sobriété énergétique possible, 230 m² de panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit, orientés au sud. L’énergie tirée de ces panneaux photovoltaïques sera mise à profit l’été pour rafraîchir le bâtiment, et stockée dans 3 ballons-tampons ayant un volume de 10 à 20 mètres cubes, pour les grands évènements d’été (pouvant là aussi être redistribuée par le chauffage en sous-sol ou la ventilation).

En dehors de ces changements énergétiques nécessaires au bâtiment, une réfection du hall laissé à l’abandon a également été réalisée. La piscine a été comblée pour laisser place à la grande salle du hall pouvant accueillir tous types d’évènements. La voûte au-dessus de la piscine a fait l’objet d’une métamorphose complète, repeinte par un artiste qui a lui-même appris à nager dans cette piscine, Michael Fischer.





Vue en coupe du Westbad dans sa rénovation finale

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Suivez notre actualité !

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.