Bilan de la 22E conférence internationale du passif

Les 9 et 10 mars derniers, Munich accueillait la 22ème conférence internationale du passif sous le slogan “Maison passive – ça vaut le coup !”. Au cœur des interventions, les économies réalisables grâce à la construction passive.

Une remise de prix des composants se déroulait pour la première fois à cette édition. Wolfgang Feist, fondateur du Passive House Institut allemand, a également annoncé le déroulement de la 23ème édition en Chine !

Pourquoi ça valait le coup

Les conférenciers étaient unanimes sur le fait que l’efficacité énergétique n’était pas la cause de l’augmentation des coûts de construction au cours des dernières années. C’est bien dans cette idée de rentabilité que de nombreux intervenants se sont exprimés et ont valorisés des projets passifs.

Rudolf Escheu, du ministère bavarois de l’économie, a ainsi mis en avant un programme de 10 000 logements subventionnés pour convaincre l’opinion publique de l’intérêt des bâtiments passifs.

Frank Junker, d’ABG Francfort, principal bailleur social de la ville allemande, a présenté plusieurs exemples de réalisations passives appartenant au groupe. Parmi eux, un complexe de plusieurs étages intégrant un supermarché, la réhabilitation d’un immeuble des années 50, ou encore la restauration passive de la maison des diaconesses à Francfort.

A noter que le groupe est aujourd’hui propriétaire de 3 000 appartement passifs dans la ville de Francfort. La quasi-totalité de ces logements est aujourd’hui occupée, grâce aux faibles coûts et au confort de vie élevé qu’ils proposent.

Un atout souligné par Wolfgang Feist, fondateur du Passive House Institute : “Aujourd’hui, si vous ne construisez pas selon le standard passif,  vos locataires devront payer plus qu’ils ne le feraient si vous leur fournissiez un appartement décent.”

Un beau programme

1 000 participants autour d’un contenu riche

Les conférences ont regroupé plus de 1 000 participants de plus de 50 nationalités différentes. Comme chaque année, l’événement était l’occasion de réunir les acteurs du passif internationaux pour les traditionnelles cérémonies de remises de prix et de certificats.

De nombreux projets ont ainsi pu recevoir leurs certificats. Parmi eux figurait le bâtiment de “Bolueta” à Bilbao (Espagne) qui est actuellement le plus haut bâtiment passif du monde. D’autres labellisations ont été remises pour des projets à Göteborg en Suède, au Canada, en Chine, en Allemagne et en Roumanie.

Le prix des composants a été décerné aux sociétés Pluggit et Vaventis pour des solutions de ventilations résidentielles à faible coût, qui contribuent à la construction de logements abordables. De nombreuses entreprises ont pu voir leurs composants certifiés. Ces composants de plus en plus nombreux facilitent la diffusion du passif en offrant des solutions techniques pratiques pour la réalisation de bâtiments certifiables.

mais aussi 400 participants aux visites

Deuxième temps fort de cette 22ème conférence, le programme incluait 7 circuits de visites autour de Munich et a regroupé plus de 400 participants ! Le Maximilianeum, bâtiment datant de 1874, était l’un des sites phares à visiter : en 2012, il s’était doté d’une extension passive, lui permettant de conjuguer élégance de l’ancien et confort du moderne.

Le passif 2019 sera chinois !

La 23ème édition de la Conférence internationale du passif se déroulera en Chine les 21 et 22 septembre 2019 ! L’annonce a été accueillie avec enthousiasme par le public présent. D’après Wolfgang Feist : “Chaque nouveau bâtiment construit en Chine représente une dépense supplémentaire d’énergie de chauffage. Il est donc primordial que des efforts sérieux soient faits pour radicalement améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. […] Ainsi, il reste encore une chance que la Chine puisse atteindre les objectifs de protection du climat.» Ainsi le projet chinois de Gaobeidian portant sur 37 bâtiments et plus de 1,2 million m2, serait la plus grande construction passive dans le monde.

Pour laisser la possibilité aux Européens d’assister à la prochaine édition, une conférence se déroulera également en Allemagne l’année prochaine. Intitulée “Atteindre de meilleurs bâtiments”, elle aura lieu à Heidelberg le 4 mai 2019. Des projets de bâtiments passifs régionaux seront également à visiter.

Plus d’informations, ici: https://heidelberg.passivhaustagung.de/en/

 

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.