Canicule : au frais dans mon école passive !

Quand la température monte à l’extérieur, on pense à tort, qu’il fera aussi chaud à l’intérieur. C’est vrai; sauf en habitat passif ! L’enveloppe thermique d’un bâtiment passif, qui le protège l’hiver, lui permet aussi de rester au frais l’été. C’est ce qu’on pu constater les écoliers de la maternelle Victor Schoelcher, à Epinay-sur-seine (93).

école Schoelcher, bien dans mes baskets !

Située dans la commune d’Epinay-sur-Seine en Seine Saint-Denis, l’école maternelle Victor Schœlcher est faite de bois et de paille, comme le décrit cet article du journal Le Parisien.

Les architectes Jean-François Bridet et Corentin Desmichelle ont conçu le bâtiment. Ce dernier nous explique la simplicité avec laquelle ils ont procédé : “La concordance de géométrie, les flux et les usages s’assemblaient parfaitement ! Ce fût un projet simple tant tout était cohérent.

Preuve de son efficacité, le label Bâtiment Passif est en cours d’acquisition. C’est d’ailleurs la seule école de la ville qui n’a pas contacté la mairie pour surchauffe lors de la canicule de juin dernier !

Camille Tissier, Responsable des bâtiments scolaires de la ville, témoigne : “Déjà en phase de chantier, nous sentions le potentiel de l’enveloppe. La température intérieure était agréable aussi bien quand il faisait froid dehors que pendant l’été. Ce ressenti s’est confirmé une fois l’école en fonctionnement. Il n’y a pas eu de sensation de froid pendant l’hiver. Et lors des fortes chaleur du mois de juin, la température intérieure était nettement plus confortable que dans les autres écoles de la ville.

Grégoire Solotareff : le loup et le lapin
Grégoire Solotareff : le loup et le lapin

L’école comprend quatre classes, une salle de lecture, un centre de loisirs, une salle de repos et une salle de motricité.

 

« Pour l’ensemble des classes, on dépense neuf fois moins de chauffage que dans des bâtiments classiques. Et la chaudière ne doit servir qu’une dizaine de jours dans l’année », précise Jean-François Bridet (architecte). Et cela, grâce aussi à une exposition du bâtiment vers le sud et à un système de renouvellement d’air à double flux. En moyenne, 3 000 md’air neuf sont régénérés chaque heure.

Comment atteindre ce fameux “confort d’été”?

Le confort d’été se définit comme une sensation de fraîcheur et de bien-être au sein d’un bâtiment lors de fortes hausses de température. Un contraste agréable lors des épisodes de canicule qui reviennent fréquemment.

Sur le principe, il s’agit d’obtenir une protection contre la chaleur pour éviter tout apport malvenu. En bâtiment passif, cette protection est assurée dès la construction grâce à l’isolation (de la toiture, des murs et du sol), et l’étanchéité renforcées. L’étanchéité à l’air et l’isolation s’allient pour créer une enveloppe thermique qui empêche la chaleur de rentrer en été (et le froid en hiver); Cette enveloppe crée une homogénéité de la température à l’origine même du confort.

Des pares-soleil (stores, écrans, auvents, balcons, débords de toit, etc.) sont installés pour favoriser des zones fraîches et créer des zones d’ombre. La végétation est également recommandée pour compléter cette action.  Cette lutte contre la surchauffe est centrale en passif. A tel point qu’elle est prévue dans la labellisation : si un bâtiment dépasse les 25°C plus de 10 % de l’année, impossible de décrocher le label !

Pour aller plus loin

Nous vous avons résumé quelques recommandationsPourquoi un bâtiment passif est-il la meilleure barrière contre la canicule ? Retrouvez toutes les réponses ici L’Ademe a également publié en avril dernier, un petit guide sur le sujet : garder son logement frais en été.

Pour trouver des bâtiments passifs : rendez-vous sur passivehouse-database.org.

 

 

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.