Comment renouveler son titre CEPH par le projet-exemple ? Témoignage.

Outre la formation, il est possible, sous certaines conditions, d’acquérir ou renouveler le titre CEPH par le biais d’un bâtiment exemple. Celui-ci doit être labellisé, publié sur la base de données internationale des projets labellisés et vous devez être en mesure de prouver que vous avez pris une part active à sa conception. Véronique Boehm, consultante en construction passive à Jeanménil (88), partage avec nous son expérience. 

Comment bien choisir le bâtiment qui nous accompagnera pour le projet exemple ?

J’ai opté pour celui où j’avais mis le plus de sentiments, un de mes « coups de cœur », mais aussi le plus représentatif de mon travail et de mon implication sur le chantier.  

Pourquoi avoir décidé de renouveler le titre CEPH ?

Je pense que la qualification CEPH ne court pas les rues et avoir le diplôme permet de faire la différence. Les gens font le tri en fonction de ce « tampon » qui atteste d’un savoir-faire encore trop peu répandu. Ce diplôme reste une valeur sure par rapport à un client. Avoir le diplôme permet de se valoriser et au client de faire son choix en toute connaissance de cause.
Je pense que je renouvellerai encore une fois mon titre dans 5 ans car le CEPH n’est pas encore assez démocratisé et répandu. La détention du titre de Conseiller ou Concepteur CEPH reste une porte ouverte pour décrocher des projets, encore aujourd’hui. Il justifie d’une appartenance aux sachants de la construction passive.

Combien de temps a pris la procédure ?

Le travail m’a pris une semaine de travail à temps complet. Pour mener à bien le processus, le Passivhaus Institut réclame un dossier détaillé qui reprend à la fois l’historique et les informations techniques du bâtiment. La difficulté du projet est qu’il faut rédiger afin que Monsieur Tout-le-monde puisse comprendre les tenants et les aboutissants du projet. Le but de cette rédaction est d’attester et d’expliciter son implication et son travail sur le projet. 


Quel conseil donneriez-vous à tous ceux qui souhaitent entamer le processus du projet-exemple ?

Je dirais qu’il faut se renseigner sur les données nécessaires pour ce processus, les pièces justificatives et les photos et les récolter en amont, peut-être même dès la phase de labellisation du projet. Ou alors quand on voit arriver l’expiration de son titre, penser à récolter les pièces manquantes rapidement. En ayant les justificatifs à portée de main, le travail sur le dossier se fait plus rapidement.

scott-graham-5fNmWej4tAA-unsplash

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.