Fenêtres et ouvertures : 3 questions à Paul-Louis Sadoul, ingénieur thermicien

En passif, les ouvertures, comme les fenêtres et les baies, jouent un rôle essentiel : ce sont elles qui assurent principalement le chauffage des pièces. Paul-Louis Sadoul, chef de projet associé - Responsable Assistance à Maîtrise d'Ouvrage et Urbanisme chez solaresbauen France nous éclaire sur leur mise en œuvre en passif. Interview.

© DR

Hormis la question du vitrage, quelles sont les bonnes pratiques à suivre pour le dessin des fenêtres, en neuf comme en rénovation ?

Il y a plein de dogmes qu’il faut bien avoir en tête ! D’abord, placer les fenêtres et l’isolation dans le même plan : si on isole par l’intérieur, il ne faut surtout pas mettre les menuiseries au nu extérieur, et inversement. Ensuite, veiller aux embrasures. Quand on isole par l’extérieur, on crée une embrasure plus profonde : si les fenêtres ne sont pas très grandes, on risque de supprimer par ombrage une part importante des apports solaires.

Privilégier également les bandeaux horizontaux plutôt que verticaux. C’est un classique du bioclimatisme : des bandeaux horizontaux auront un effet d’ombrage par le linteau extrêmement bénéfique au regard de la différence « été/hiver ». En hiver, le soleil passe en dessous du linteau et chauffe le vitrage ; aux beaux jours, il est ombré, le soleil ne chauffe plus. Avec une fenêtre verticale, en revanche, vous n’aurez pas ce bénéfice. Qui plus est, vous pâtirez d’un énorme effet d’ombrage latéral permanent qui fusillera vos apports solaires en hiver ! Enfin, il faut essayer de recouper les pans de fenêtres, car les zones de menuiseries représentent des déperditions beaucoup plus importantes que la surface courante du vitrage ; en plus, elles sont opaques et ne génèrent donc pas d’apports solaires.

Et les fenêtres de toit ? Sont-elles de bonnes candidates au passif ?

Orientées au sud, ce sont des calamités car elles captent davantage le soleil en été qu’en hiver ! L’explication est simple : le soleil est beaucoup plus haut en juillet qu’en décembre. Or, le rayonnement entrant dans une surface est maximal quand les deux sont perpendiculaires. De fait, les chiens-assis sont préférables, et de loin. Avec un chien-assis, le vitrage est redressé : en hiver, le soleil est bas, il tape directement dans la fenêtre, ça chauffe. Quand le soleil est haut, l’été, le linteau fait un petit ombrage, et surtout, les rayons entrent de manière beaucoup moins orthogonale. Avec une fenêtre de toit, c’est tout l’inverse !

En conclusion, un projet mal orienté peut-il être rénové en passif ?

En vérité, cela dépend de la taille du bâtiment ; plus il est grand, moins l’orientation est problématique, grâce à l’effet de compacité. Prenez une maison individuelle par exemple ; si vous la groupez avec sa jumelle, vous économiserez le mur séparatif. Ce raisonnement, on peut le faire sur 50 étages. En plus, dans un bâtiment tertiaire, la chaleur dégagée par les usagers et les équipements électriques est plus importante ; en toute logique, les besoins en chauffage sont moindres, si bien que le sujet de l’orientation est moins critique. Mais quand il est question de petits objets comme une maison individuelle, alors oui il faut impérativement être orienté au sud. Si la maison est plein nord, on peut considérer que les apports solaires seront divisés par deux, voire par trois. Difficile, pour ne pas dire impossible, alors, de prétendre aux standards passifs…

csm_CAFE_SEMOS-STRASBOPURG-2019-PHOTO_LUC_BOEGLY-054_8f84e5e64a

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.