Hôtel La Datcha – Val Thorens (73) – Studio Arch – Enercobat

zertifiziertes_PH_classic_FR

Maison d’hôtes 5* à Val Thorens en Savoie, La Datcha est le bâtiment certifié passif le plus haut d’Europe. L’établissement répond à toutes les exigences du luxe, tout en respectant l’environnement.

En région montagneuse, les conséquences du réchauffement climatique sont des plus flagrantes. C’est pourquoi dès le début du projet, le maître d’ouvrage, Kim Truong, s’est posé un défi : prouver que l’on peut construire un hébergement de sports d’hiver alliant standing et écologie. Rapidement, le passif s’impose comme le standard de construction durable qui lui permettra de garantir un niveau de confort haut de gamme.

© DR

Une construction de haut vol aux multiples challenges

Du fait d’un terrain très pentu, au bord des pistes et à 2 330 m d’altitude, le bâtiment possède des fondements solides (socle en pierre) et se fond dans le décor en rappelant les chalets de montage. Allier grands volumes, confort optimum et techniques passives a été un challenge pour les équipes : « Nous avons eu pas mal de doutes, témoigne Audrey Sandrini, du bureau d’architecture Studio Arch. Il a fallu revoir à plusieurs reprises les schémas techniques avec le bureau d’étude, et même parfois inventer de nouveaux systèmes… Mais nous avons pu relever ce défi ! »

Des contraintes climatiques surmontées

Malgré des températures avoisinant les -29°C, des vents atteignant les 200 km/h et des chutes de neige abondantes, le clos couvert a été bâti en 6 mois. Pour faire face à ces conditions météorologiques particulières, le bâtiment a été réalisé en Prémur (coffrage perdu en voiles béton) avec une isolation extérieure renforcée (Gt = 160 kKh/an). La toiture est également en béton du fait de l’exposition du bâtiment aux risques d’avalanches. Avoir une coque structurelle homogène était une priorité pour éviter tous ponts thermiques. Par ailleurs, l’orientation plein sud du bâtiment a bien favorisé les apports solaires, et la face nord aux trois quarts enterrée a été bénéfique pour l’étanchéité à l’air. En effet, « la déperdition de chaleur au sol est environ moitié moindre que la déperdition à l’air », explique Sylvain Chatz, du bureau d’études Enercobat.

© DR

Le passif c’est le confort !

À La Datcha, le gîte entier (15 couchages sur 5 suites) se loue entre 69 000 € et 139 000 € la semaine. Dans ce contexte, on comprend qu’il n’est pas question de brider le client. C’est à l’établissement d’adapter ses équipements aux prestations les plus haut de gamme. La Datcha est dotée d’un espace bien-être comprenant piscine intérieure, sauna, jacuzzi et hammam. Afin de répondre aux besoins de chauffage mais surtout aux besoins d’ECS et de maintien en température de la piscine, du spa et de l’espace détente, deux ballons de 2 000 et 3 000 litres ont été installés pour stocker la chaleur. Cette eau est préchauffée via la récupération de chaleur sur les eaux grises des douches et lavabos, sur les condenseurs des chambres froides et sur la hotte à induction de la cuisine. De plus, le chauffage du bâtiment est effectué par une chaudière automatique bois à granulés d’une puissance de 64kW. Celle-ci a été surdimensionnée afin de chauffer la piscine et remonter rapidement la température du bâtiment qui est fermé de mai à novembre. En réalité, seuls 12 kW sont nécessaire au maintien de ce bâtiment de 1 244 m² à une température minimale de 20°C.

© DR

Avoir le choix… c’est choisir le passif !

Dans le cadre de ce projet d’immobilier de luxe, le surinvestissement passif n’a constitué qu’un part infime de la dépense, comme en témoigne Sylvain Chatz : « Le passif en montage est tout à fait possible car l’immobilier est adapté et les éventuels surcoûts ne sont pas un frein. » Il est intéressant de noter qu’une fois levée la contrainte du surinvestissement, c’est la solution Bâtiment Passif qui s’impose, pour sa capacité à allier confort et performance environnementale…

© DR

FICHE TECHNIQUE

Architectes Studio Arch
Bureau d’études thermiques Enercobat
Livraison 2016
Localisation Val Thorens (73)
Label Bâtiment Passif Classique
Coût des travaux 4 555 €/m² HT
Surface de référence énergétique 1 244 m²
Besoins de chauffage 13 kWh/(m²a)
Puissance de chauffe 10 W/m²
Fréquence de surchauffe NR
Test d’infiltrométrie n50 = 0,55/h 
Consommation d’énergie primaire 119 kWh/(m²a)
Rendement VMC double-flux NR
Châssis triple vitrage Uw = 0,81 W/(m²K)
Murs extérieurs ossature béton. U = 0,084 W/(m²K)
Dalle U = 0,109 W/(m²K)
Toiture U = 0,083 W/(m²K)

5f48e4d0-1bc4-4e60-9759-53500a000f09

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Suivez notre actualité !

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.