Le premier bâtiment passif devient positif

Le premier Bâtiment Passif au monde, à Darmstadt, vient d’évoluer et d’être certifié Bâtiment Passif Plus.
Comment s’est passé cette transition ? Wolfgang Feist, fondateur du Passivhaus Instiut et résident de ce bâtiment, explique sa démarche.

Toujours pionnier

Pionnier il y a 25 ans, le bâtiment passif de Darmstadt-Kranichstein réitère en étant le 2e bâtiment passif à accéder à la classe Plus en Allemagne. Il est désormais producteur grâce à l’énergie solaire et, en été, le surplus pourra être injecté dans le réseau public.
En théorie, la quantité produite suffira pour couvrir les besoins de tout le bâtiment pendant un an, et l’excédent électrique estival pourra être stocké pour l’hiver.

En effet, la performance thermique du tout premier bâtiment passif reste optimale, et sa sobriété énergétique est tout aussi bluffante : “Les bâtiments passifs sont la base idéale pour le positif. Grâce à leur demande d’énergie de chauffage extrêmement faible, il est même possible de produire autant d’énergie venant du soleil sur la parcelle que ce que consomme le bâtiment en un an“, explique Wolfgang Feist.

Un cadeau d’anniversaire pas comme les autres

Ce tout premier Bâtiment Passif a fêté en grande pompe ses 25 ans cette année. L’occasion de faire un bilan et de passer un cap. Il s’est donc paré de 26 m² de panneaux photovoltaïques sur la terrasse et le toit, il y a environ un an.
Ainsi, il peut produire les 60 kWh par m² et par an d’énergie renouvelables nécessaires pour l’obtention de la catégorie Plus.

Dès 1991, la famille Feist avait équipé ce petit immeuble collectif de 156 m² avec des systèmes actifs extrêmement efficaces. La consommation d’électricité est donc très faible de base, même en incluant le système de ventilation.

Il en va de même pour la pompe à chaleur qui a été récemment installée à des fins d’essai cet automne et qui est uniquement utilisée pour le chauffage et la ventilation dans la maison. Cette pompe à chaleur actionnée électriquement utilise environ le tiers de l’énergie nécessaire à un système de chauffage au gaz, pour chauffer une maison de surface similaire.

Retrouvez plus d’informations dans le communiqué de presse du Passivhaus Institut.

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.