Coût global du passif : participez à l’enquête nationale !

Contribuez à la mise en place de la première base de données nationale consolidant toutes les enquêtes régionales existantes sur les coûts dans la construction passive en France !

Tout acteur de la construction ayant déjà essayé de convaincre des maîtres d’ouvrage de choisir le standard passif comme cible d’excellence pour le confort, la qualité sanitaire, la durabilité des matériaux et la performance énergétique, sait que le premier obstacle « de la cuillère à la bouche » reste bien souvent les surcoûts réels ou imaginés de la construction passive par rapport au standard réglementaire.

D’où l’enjeu majeur, pour la promotion du passif et la massification des constructions dans l’hexagone à ce standard vertueux, d’avoir une connaissance fine des surcoûts spécifiques réels engendrés par le choix d’une construction de qualité et de durabilité supérieures.

Notre association souhaite porter la voix de toutes les approches du Bâtiment Passif représentées en France, voilà pourquoi leur diversité sera répertoriée dans l’étude :

  • Labels PHI : Bâtiment Passif, EnerPHit et BaSE
  • Certification Fédération Française de la Construction Passive
  • Label Minergie
  • Rénovation EnergieSprong
  • Bâtiments Passifs sans label ni certification
© Benoit RAJAU

Notre nouvelle commission COPAS (COût du PASsif)

Présidée par l’économiste Philippe Outrequin, cette commission travaille sur le sujet du coût global des Bâtiments Passifs partout en France. Elle a pour objectif de créer un argumentaire économique concernant la construction ou la réhabilitation au standard passif, que ce soit des maisons individuelles, immeubles collectifs ou des bâtiments tertiaires.

Cet argumentaire économique se fera en plusieurs étapes :

  • Analyse des coûts de construction et comparaison avec des bâtiments conventionnels (RT 2012)
  • Évaluation du coût global direct intégrant les coûts d’exploitation, de maintenance et de renouvellement
  • Évaluation du coût global élargi intégrant les externalités telles que les émissions de gaz à effet de serre, le confort et la qualité sanitaire.

Un questionnaire pour observer en continu l’évolution des coûts des projets passifs en France

Le questionnaire téléchargeable ci-après a été construit au sein de la commission COPAS réunissant différents collectifs régionaux existants d’acteurs du passif, en partenariat avec l’association La Maison Passive qui anime la consolidation au niveau national.

Les données statistiques et les leçons que nous pourrons tirer de cette enquête sont primordiales pour aider tous les acteurs du passif à mieux vendre la pertinence du choix de ce standard de qualité avec des arguments factuels basés sur des exemples concrets cassant les idées reçues :

• Les surcoûts du passif sont très variables en fonction des différents usages des bâtiments, de la localisation, et de l’expérience en passif des entreprises.
• Ce n’est pas le choix du niveau qualité « passif » qui fait le coût d’un projet à lui seul et de nombreux autres paramètres impactent bien plus encore l’investissement global : surface, compacité, localisation, système constructif, luxe des équipements, …etc.

Le questionnaire vierge servant à renseigner vos projets est téléchargeable en cliquant sur le bouton ci-dessous :

[lmpbutton lien= »https://www.lamaisonpassive.fr/wp-content/uploads/2019/11/Questionnaire-COPAS_V1.0.xlsx » couleur= »#8dbe23″ titre= »télécharger le questionnaire »]

Un investissement en temps rentable !

© Luc Boegly
Nous vous remercions de prendre le temps de répondre au questionnaire pour chacun de vos projets passifs déjà réalisés et si possible d’engager cette démarche pour chacun de vos nouveaux projets.
La demi-heure par projet que vous allez y consacrer est un investissement rentable pour vous car vous profiterez en retour des données consolidées sur des centaines de projets apportés par les autres personnes qui auront fait comme vous l’effort de participer.
C’est un échange « gagnant-gagnant » pour tout le monde à terme, une contribution désintéressée pour l’intérêt général et le déploiement plus massif de la construction passive en France.

SOUMETTRE VOTRE CONTRIBUTION

La contribution doit comporter au minimum le formulaire de saisie au format Excel renseigné par le contributeur.

En complément, nous vous incitons vivement à transmettre le RSET (Récapitulatif Standardisé d’Etude Thermique RT2012) du projet au format XML (10 Mo maximum).
Celui-ci permettra au Groupe de Travail d’analyser plus finement le bâtiment (niveaux de performance des parois opaques et vitrées, nature des systèmes CVC…).

[lmpbutton lien= »mailto:etudecoutpassif@lamaisonpassive.fr » couleur= »#8dbe23″ titre= »Envoyer une contribution »]

Rédacteurs : Nicolas Naud, Sylvain Chatz, Aude Oniangue

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.