Passi’bat : conférence “Architecture & passif” par Jacques Ferrier

Peut-on allier liberté architecturale et rigueur passive ? L’architecte Jacques Ferrier a signé l’élégant siège passif de la Métropole de Rouen, tout en lignes franches et transparences. Il partagera son expérience lors d’une conférence le mardi 20 mars à Passi’bat.

[lmpbutton lien=”https://billetterie.passibat.fr/” couleur=”#8dbe23″ titre=”Billetterie”]

© Jacques Ferrier Architecture / photo Luc Boegly

 

Une conférence dédiée à la liberté architecturale

Pour son édition 2018, Passi’bat est fière d’accueillir un hôte de marque, l’architecte de renommée internationale Jacques Ferrier. La participation de ce nouveau conférencier n’a rien d’anecdotique : elle signale l’entrée du passif dans un nouvel univers architectural.

Le Hangar 108, siège de la Métropole Rouen Normandie, est un bâtiment chatoyant de 8 300m², qui allie esthétisme et performance énergétique. Le bâtiment, paré de verres polychromes, a été conçu en hommage aux impressionnistes normands. Jacques Ferrier, quand il parle du bâtiment qu’il a dessiné pour la Métropole de Rouen, évoque plus volontiers son « tempo chromatique » que ses « contraintes énergétiques ».

Allier esthétique et performance énergétique

© agence VU

Aussi, quel meilleur argument que ce bâtiment pour répondre à l’idée que le passif serait par nature inesthétique, voire une contrainte trop lourde pour permettre à l’architecte de créer librement la forme qu’il souhaite ?

Et le passif ? C’est un pré-requis du maître d’ouvrage, certes, mais c’est aussi un plus architectural.

Le plus qui permet à la construction d’avoir des consommations tellement faibles qu’elles sont compensées par les panneaux solaires qui ornent sa façade. Le plus qui permet à ceux qui l’occupent, de bénéficier d’un confort hiver comme été. Le plus qui permet, enfin, au maître d’ouvrage de maîtriser ses factures énergétiques, et de s’inscrire dans une vraie logique de développement durable…

RDV le 20 mars 2018 à la Porte de Versailles

Vous vous interrogez sur la « marge de manœuvre » créative pour un futur projet passif ? Vous souhaitez comprendre comment s’est déroulé ce projet emblématique ?

Rendez-vous mardi 20 mars à Passi’bat !

Parc des Expositions de la Porte de Versailles, Paris.
Mardi 20 mars 2018, 10h50.

[lmpbutton lien=”http://www.passibat.fr/programme-2018″ couleur=”#8dbe23″ titre=”Le Programme”]

Tarif réduit jusqu’au 31 janvier.

[lmpbutton lien=”https://billetterie.passibat.fr/” couleur=”#8dbe23″ titre=”Billetterie”]

Plus d’information sur le Hangar 108 sur le site internet de l’agence d’architecture JFA.

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.