Passi’bat : proposez votre conférence avant le 10 octobre !

Les 20 et 21 mars 2018 à Paris, Porte de Versailles, le Congrès Passi’bat sera l’occasion de partager vos avancées avec les professionnels du secteur. Un appel à candidatures est lancé pour identifier les conférenciers qui interviendront pendant le Congrès. Attention, cette année vous avez jusqu’au 10 octobre pour nous faire part de votre projet.

Rappel des conditions pour participer

Toute personne qui a pris part à un projet passif, au développement de composants passifs ou bien encore à un projet de développement des subventions aux bâtiments passifs, à quelque échelle que ce soit (entreprise, organisation, région, etc.). La proposition devra présenter les résultats de cette expérience de terrain, en commenter les enseignements et ouvrir la discussion avec la communauté de professionnels du bâtiment.

[lmpbutton lien=”http://www.lamaisonpassive.fr/wp-content/uploads/2017/07/Dossier-appel-%C3%A0-contribution-2018.pdf” couleur=”#8dbe23″ titre=”Candidature”]

Attention, cette année vous avez moins de temps pour candidater votre conférence!

La date de rendu final est jusqu’au 10 octobre pour nous faire part de votre projet.Le calendrier, les thématiques et les modalités d’inscription sont à retrouver dans le dossier de candidature.

Les candidatures seront sélectionnées par un comité scientifique le 12 octobre 2017.

Les thématiques de 2018

17 thèmes vous guident dans la rédaction plus un “thème libre” permet de proposer les propositions les plus avant-gardistes :

  1. Le passif et les matériaux biosourcés
  2. Le passif dans le cadre de la RE2020
  3. Le passif et le label E+ C-
  4. Le passif et Analyse du Cycle de Vie (ACV)
  5. Le passif et le BIM
  6. Du passif au positif, quelles solutions ENR
  7. Les étapes de la labellisation : le Bâtiment Passif, Passif Plus (prise en compte des ENR)
  8. Le Bâtiment Passif Premium (passif et positif), EnerPHit (rénovation passive)
  9. Le passif en France et dans le monde
  10. Le passif et les collectivités locales : quelle valeur ajoutée ?
  11. Le passif et la rentabilité économique
  12. Le passif et la liberté architecturale
  13. Le passif et la Qualité de l’Air Intérieur (QAI)
  14. Excellence de l’enveloppe du bâtiment
  15. Adaptation climatique : le confort d’été
  16. Valoriser commercialement sa réalisation passive
  17. Mise en service du bâtiment passif, gestion et suivi des installations
  18. Thème libre

Une présentation des auteurs et un résumé d’une page de votre conférence vous est demandé.

[lmpbutton lien=”http://www.lamaisonpassive.fr/wp-content/uploads/2017/07/Dossier-appel-%C3%A0-contribution-2018.pdf” couleur=”#8dbe23″ titre=”Candidature”]

Nous espérons vous retrouver au palmarès 2018 !

Passi’bat, ce sont aussi 3 000 visiteurs attendus au Salon et 3 Circuits de visites.

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.