Qualité de l’Air Intérieur & Passif : le point à Passi’bat

Les pics de pollution se multiplient, et la Qualité de l’Air Intérieur est devenue une thématique incontournable du bâtiment d’aujourd’hui. La construction passive, parce qu’elle fait appel à des ventilations double-flux équipées de filtres, délivre un air sain, à la qualité rarement égalée.

Une table-ronde qui se tiendra durant le Congrès Passi’bat, le 21 mars à 11h50, fera le point sur la question.

Table-ronde à Passi’bat sur la Qualité de l’Air Intérieur

Les avantages du passif en termes de qualité de l’air sont encore méconnus du grand public, bien que plusieurs institutions (écoles, bâtiments médicaux) aient, eux, bien saisis ce potentiel.

Quels apports peut-on attendre d’une ventilation double-flu? Quelles sont les bonnes et les mauvaises pratiques à mettre en place ?

Autant de questions qui trouveront leur réponse grâce au panel d’experts réuni par La Maison Passive dans le cadre du Congrès Passi’bat. Depuis Zehnder, fabricant historique de ventilations double-flux, à l’Agence Qualité Construction, qui exposera les résultats de ses enquêtes de qualité, en passant par le BET ITF, spécialiste de la conception de ces ventilations, ou encore par la société Medieco, experte de l’hygiène de l’air intérieur : tous seront là pour partager leur expertise en QAI.

Rdv le mercredi 21 mars à Passi’bat pour en savoir plus !

[lmpbutton lien=”https://billetterie.passibat.fr/” couleur=”#8dbe23″ titre=”Billetterie”]

Des avantages salués par la Ministre du Logement

En 2017, le bailleur social Osica livrait à Montreuil une résidence labellisée passive de 5 étages, en ossature bois. Ce projet, réalisé par l’architecte spécialiste du passif Stéphane Cochet (A003architectes), a été salué pour ses performances énergétiques comme sanitaires par Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat Durable, et Andrée Buchmann, présidente de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur. 

A l’occasion de l’un des pics de pollution que connaît régulièrement la région parisienne, l’immeuble a reçu la visite de la Ministre, venue saluer ses performances tant thermiques que de santé publique. Emmanuelle Cosse soulignait alors la performance du bâtiment passif de Montreuil : « Avoir un bâtiment de meilleur qualité, une réflexion sur l’aération, agit vraiment sur la qualité de l’air ».

Vous pouvez visionner le court reportage réalisé par le ministère du Logement, ou découvrir l’entretien complet avec l’architecte, Stéphane Cochet.

Rdv à Passi’bat pour tout savoir !

La Maison Passive vous donne rendez-vous le 21 mars à 11h50 au Congrès Passi’bat pour faire le point sur la Qualité de l’Air Intérieur !

Programme complet des 30 conférences à découvrir ici.

[lmpbutton lien=”https://billetterie.passibat.fr/” couleur=”#8dbe23″ titre=”Billetterie”]

 

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.