Séchoir passif – Geispolsheim (67) – Jérôme Vetter Architecte – INGEDAIR

Lorsqu’un couple acquiert ce séchoir des années 1970, dans le département du Bas-Rhin, c’est tout naturellement qu’ils envisagent de le réhabiliter en passif: elle est ingénieure thermicienne, lui économiste de la construction.

Avec la complicité de l’architecte Jérôme Vetter, ils accomplissent une prouesse : adapter l’existant aux standards du label EnerPHit, sans modifier, ou presque, l’extérieur du bâtiment. Si quelques ouvertures, nécessaires au chauffage passif du volume ont été créées, les embrasements ont été réalisés majoritairement avec les morceaux de bardage découpés en lieu et place des fenêtres. Surtout, le séchoir est isolé par l’intérieur, d’une épaisse couche de ouate de cellulose insufflée entre un panneau de fibre de bois faisant office de pare-pluie et des panneaux d’OSB jouant le rôle de pare-vapeur et de barrière d’étanchéité à l’air. Le tout complété par une strate supplémentaire de laine de bois.

© DR

Sous la charpente, renforcée où cela était nécessaire, les espaces de vie généreux sont valorisés par un vide sur salon sécurisé par un filet. Et les propriétaires sont heureux : « Ce projet de rénovation nous a permis d’habiter un village sympathique où construire n’aurait sans doute pas été possible, surtout avec un tel jardin ! »

© DR
© DR

FICHE TECHNIQUE

Architectes Jérôme Vetter Architecte
Bureau d’études thermiques INGEDAIR
Livraison 2018
Localisation Geispolsheim (67)
Label Bâtiment EnerPhit
Coût des travaux 1 450 €/m² HT
Surface de référence énergétique 258 m²
Besoins de chauffage 25 kWh/(m²a)
Puissance de chauffe 16 W/m²
Fréquence de surchauffe NR
Test d’infiltrométrie n50 = 0,8/h 
Consommation d’énergie primaire 115 kWh/(m²a)
Consommation d’énergie primaire renouvelable 70 kWh/(m²a)
Rendement VMC double-flux 80 %
Châssis triple vitrage Uw = 082 W/(m²K)
Murs extérieurs ouate de cellulose et laine de bois. U = 0,098 W/(m²K)
Dalle polyuréthane. U = 0,088 W/(m²K)
Toiture laine de bois. U = 0,091 W/(m²K)

Projet-Maison-Sechoir_Trophees-Reno-Indiv_Credit-4-1024x768 (1)

Derniers articles

Envie de prendre part au mouvement vers la transition énergétique ?

Transmettez-nous vos coordonnées, un conseiller vous recontacte rapidement.

Suivez notre actualité !

Le label "BaSE", Bâtiment sobre en énergie

Construire passif, la garantie d'un bâti de qualité.

Concevoir et construire un bâtiment passif est un objectif ambitieux. Voilà pourquoi la certification Bâtiment Passif a évolué pour inclure le label BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie).

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Ce label a été pensé pour récompenser les efforts de toutes les équipes ayant collaboré au projet et pour saluer la performance énergétique du bâtiment certifié.
Il reprend les bases de la certification passive, mais assouplie :

  • Le besoin de chauffage doit être inférieur à 30 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an (contre 15, en Bâtiment Passif)
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 1 par heure (contre 0,6 en Bâtiment Passif)
  • Les autres critères restent identiques.

Le label "bâtiment passif premium"

La première maison passive Premium de France © Jean-Louis Bidart

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

La catégorie « Bâtiment Passif Premium» est la plus exigeante de toutes : elle récompense les bâtiments générant au moins 120 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Le label "bâtiment passif plus"

La première maison passive Plus de France

À l’aube de la transition énergétique, la certification Bâtiment Passif a évolué pour accueillir deux nouvelles catégories, Plus et Premium, axées sur l’utilisation des énergies renouvelables. Elles valorisent les constructions ayant fait le choix d’être productrices d’énergie.

Valoriser l'utilisation des énergies renouvelables

Dans la catégorie « Bâtiment Passif Plus », le bâtiment devra générer au moins 60 kWh/(m²a) d’énergie par rapport à l’emprise au sol du bâtiment.

Il devra également justifier du respect des 4 critères de base du passif :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² de surface de référence énergétique et par an
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² de surface de référence énergétique par an
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 Pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 par heure
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.